Peuples, nations, événements

La politique étrangère de l'Italie

La politique étrangère de l'Italie

La politique étrangère de l'Italie sous Benito Mussolini devait être robuste pour montrer au monde à quel point l'Italie était puissante sous sa direction. En tant que leader de l'Italie, Mussolini voulait rétablir la grandeur de l'Empire romain. Mussolini croyait que la conquête d'un territoire étranger était le signe d'une grande nation et d'une grande puissance - d'où la raison d'être de l'invasion de l'Abyssinie.

Mussolini avait des griefs partagés par de nombreux Italiens après l'annonce du traité de Versailles. Il pensait que l'Italie devait se voir accorder une sphère d'influence en Méditerranée, car il pensait que l'Italie était le plus puissant des pays méditerranéens. Mussolini a qualifié la mer Méditerranée de «Mare Nostrum»- la même chose que les Romains avaient fait lorsqu'ils dominaient l'Europe. «Mare Nostrum» se traduit par «Notre mer».

Cependant, la nation qui dominait efficacement la Méditerranée était la Grande-Bretagne, car la Grande-Bretagne avait de solides bases navales à Malte, Gibraltar et Chypre. La Grande-Bretagne contrôlait également le canal de Suez, avec les Français. Par conséquent, il y avait une présence non italienne qui a miné la position de l'Italie en Méditerranée. La Grande-Bretagne pouvait contrôler la mer Méditerranée - ce que Mussolini souhaitait faire.

Mussolini a clairement indiqué où sa politique étrangère mènerait l'Italie:

«Mon objectif est simple. Je veux rendre l'Italie grande, respectée et redoutée. »

"Le XXe siècle sera un siècle de pouvoir italien."

Lorsque Mussolini a pris le pouvoir en 1922, l'Allemagne n'était pas considérée comme une puissance européenne. La course au pouvoir d'Hitler n'était pas encore arrivée. L'Italie elle-même se remettait encore de la Première Guerre mondiale. Par conséquent, Mussolini n'était pas bien placé pour exiger davantage des deux principales puissances européennes - la Grande-Bretagne et la France. Pour cette raison, entre 1922 et 1933, l'Italie a peu fait pour déstabiliser l'Europe. Fiume ne concernait quasiment personne et était réglé à une vitesse relative. L'Italie ne semblant pas être une menace dans la même ligue que la Russie, ses appels à une plus grande influence en Yougoslavie n'ont pas trop inquiété. Tout cela a changé en 1933 - l'année où Hitler a pris le pouvoir en Allemagne.

En 1933, Mussolini a vu Hitler comme un partenaire junior dans la relation entre les deux dictateurs. Il considérait également Hitler comme un rival potentiel, d'autant plus qu'Hitler avait clairement indiqué qu'il voulait une union avec l'Autriche - interdite par Versailles. L'Autriche avait une frontière commune avec l'Italie et une telle décision de l'Allemagne aurait alarmé Mussolini - si Hitler était un rival.

Mussolini a également essayé de rester en bons termes avec la France et la Grande-Bretagne. En juin 1933, il a invité des représentants de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne à une réunion à Rome. Ils ont signé le Pacte des quatre pouvoirs. Cela, selon Mussolini, était un signe de la puissance croissante de l'Italie: ces pays sont venus à Rome; Les Italiens n'ont pas eu à se rendre dans un lieu hors d'Europe. Mussolini, a-t-il affirmé, fournissait un leadership à l'Europe.

En 1934, Mussolini rencontre Hitler à Venise. La rencontre ne s'est pas bien passée. Pour une raison quelconque, Mussolini n'utiliserait pas son traducteur et il ne parlait pas couramment l'allemand. Deuxièmement, Hitler a continué à citer «Mein Kampf» qui ennuyait Mussolini - ou les parties qu'il pouvait comprendre. C'est après cette réunion que Mussolini a qualifié Hitler de «petit singe idiot». Mussolini a rencontré Hitler en uniforme militaire. Hitler, dans une rare entreprise étrangère, portait une tenue civile qui aurait été normale pour le chef d'un État. L'impact de l'uniforme militaire n'a pas été perdu à nouveau sur Hitler.

Les relations entre Hitler et Mussolini ont atteint un creux lorsque Dollfuss, chef de l'Autriche, a été assassiné par des nazis autrichiens.

Articles Similaires

  • Italie et Allemagne 1936 à 1940

    Après le rebuffade que l'Italie a connu après son invasion de l'Abyssinie, le seul choix d'alliés restant pour Mussolini était l'Allemagne et l'Espagne de Franco. En juillet…

  • Italie et Allemagne 1936 à 1940

    L'Italie et l'Allemagne de 1936 à 1940 Après les rebuffades que l'Italie a connues après son invasion de l'Abyssinie, le seul choix d'alliés restant pour Mussolini était…

  • La dictature de Mussolini

    La dictature de Mussolini La route de Mussolini vers une dictature a pris beaucoup plus de temps que celle d'Hitler en 1933. Hitler a été nommé chancelier le 30 janvier 1933. Le 1er avril…